jeudi 9 décembre 2010

Milford Track - Jour 3

Aujourd'hui c'est la journee la plus dure du track. "Seulement" 14km mais on doit finir de grimper a Mackinnon Pass pour redescendre de l'autre cote. En une seule fois. Soit environ 1km de dénivelé a descendre d'un coup.
Les marcheuses experimentees que nous sommes ne realisent pas trop ce qu'1km de denivele en descente peut representer. Pour nous, on n'entend que le mot descente.
Apres la Mintaro Hut, la montee commence assez rapidement. On ne peut pas dire que ce soit super raide, en fait ca zig-zag pas mal. Mais avec les sacs sur le dos, on sent bien qu'on grimpe. Au bout d'environ 1h, la vegetation change. On quitte la foret et les fleurs alpines apparaissent. Psychologiquement ca devient beaucoup plus simple car le changement de vegetation nous donne l'impression d'etre tres haut.
Perso, je trouve que cette montee ressemble grandement aux paysages du Routeburn avant d'arriver au lac MacKenzie. Meme vegetation, et la montagne forme un cirque tres similaire.
Encore quelques efforts, et on arrive au Mackinnon memorial. Pour la petite histoire, Mackinnon fut l'un des premiers guides du Milford Track. En fait, cette "route" etait autrefois employee par les maoris dans le commerce du jade. Mais a l'epoque ca n'avait rien a voir avec le track actuel. Sutherland fut l'un des explorateurs charge de creer un chemin jusqu'aux Sutherland Falls, cote Arthur River, et Mackinnon, de son prenom Quintin fut charge de faire la meme chose cote Clinton River. C'est Mackinnon qui ira rejoindre le premier Sutherland, en passant par le col. Au passage le col est donc devenu le Mackinnon Pass. Et comme tout ceci s'est passe fin du XIXeme siecle, Mackinnon est mort, et a present droit a son memorial. Le Mackinnon Memorial. Donc pour ceux qui se demandent pourquoi tout s'appelle, Mackinnon, Quintin, Sutherland quelque chose, vous avez votre reponse.
Et nous voici donc, quasiment tout en haut au Mackinnon Memorial. Pas peu fieres. Vous noterez le short/Tshirt, et oui il fait super beau...Le Memorial c'est aussi visiblement le point de rendez-vous des marcheurs riches. C'est assez amusant, car tous les randonneurs "independants", c'est dire notre groupe, fait bande a part un peu plus loin. En meme temps, le coin choisi par les marcheurs pauvres, euh pardon "independants" est vraiment sympa! On voit toute la vallee!
En gros de la haut, on a le droit a un panorama spectaculaire a 360 degres! Et Jen, notre ranger de la Dumpling Hut, nous dira plus tard qu'on a vraiment eu une chance incroyable car tres peu de randonneurs parviennent a voir des 2 cotes (Clinton River et Arthur River) le meme jour. En general, il y a toujours l'une des 2 vallees ou les 2 qui sont sous les nuages. Le temps sur le col peut aussi etre tres mauvais. Nous on a juste le droit au vent glacial. Notez les plumes decoiffees du Kea. Evidemment qui dit randonneur dit bouffe, et qui dit bouffe dit Kea.
Et en tous cas, ils ont l'air de bien s'eclater dans les thermiques et les effets de pente. Un kea, quand ca vole c'est nettement plus joli que quand c'est a l'arret. Plutot kaki ennuyeux au sol, le kea devient tout orange et bleu dans le ciel! Ses plumes sont en fait oranges en dessous de ses ailes.
Et apres une bonne longue pause, on commence la redescente de cote de la vallee de l'Arthur River. Cette descente fut surement le moment le plus penible du track.
Au debut toutes guillerettes de redescendre, on en vient rapidement a esperer une montee. Autant la montee est fatigante physiquement, autant la descente est violente physiquement. Pas d'essouflement, mais les genoux, chevilles, articulations prennent vraiment cher. Le sentier est tout sauf plat, et on se demande alors quel est l'i#$#%#e qui disait que le Milford Track se faisait en fauteuil roulant. Il est visiblement pas alle plus loin que la Clinton Hut...
Le Lonely Planet classe aussi ce track dans la categorie "facile". On en discutait plus tard au backpacker avec Rosie et son mari Alistair qui fut ranger pendant 24ans. Le Milford Track n'est pas "facile". Ce n'est pas super difficile compare a d'autres mais ca demande toujours une bonne condition physique. 53km ce n'est pas rien. Alistair me disait que de nombreuses personnes vraiment pas tres sportives se retrouvent en marches guidees en pensant que ce sera facile comme on te porte ton sac. Et elles souffrent le martyr. Les marches guidees sont en fait encore pire sur cette journee car eux c'est toute la montee et toute la descente qu'ils se tapent le meme jour. Meme sans sac, ca demande toujours une bonne condition physique...
Et pour revenir a notre condition physique, on commence carrement a avoir mal. Et vraiment ras le bol de descendre. Ca fait mal. A un moment, vers des chutes d'eau, la descente est tellement abrupte qu'ils ont installe des escaliers.
On decide alors de s'arreter manger dans un coin sans sandfly et reposer nos chevilles. On laisse alors passer pas mal de personnes du groupe devant nous, dont un guide qui semble descendre carrement en courant... On est alors rattrapees aussi par les petits francais, et on decide de continuer a marcher avec eux. On a a peu pres le meme rythme. Et on en a tous mais tous, ras le bol de la descente dans les rochers. Heureusement a un moment on finit par arriver en bas de la colline. Au Quintin Lodge.
Caine nous a dit la veille que la boucle pour les Sutherland Falls etait absolument o-bli-ga-toire. Que meme si on etait en train de mourir il fallait y aller. Je ne sais pas si c'etait tres responsable de sa part mais on a decide de suivre son conseil. On peut en fait laisser les sacs au Quintin Lodge comme c'est une boucle d'1h30. 1h30 de marche en plus. Et en plus de ca, ca grimpe. Et vraiment bien raide. Mais on finit quand meme par voir la cascade, et en effet, ca vaut le coup... A mort.... D'en dessous c'est juste un spectacle grandiose... La cascade chute d'environ 600metres! Et comme Caine en avait parle la veille, quelques temeraires s'amusent a passer derriere. Pour ma part, a 10metres de la cascade mes levres etaient deja bleues, j'ai donc abandonne l'idee. Sans trop de regrets.. Le spectacle est tout aussi beau d'ici... Le soir, j'ai interviewe les aventuriers, et non, il y avait ni trésor ni passage secret derriere la cascade! Juste bien froid, et failli deraper sur la mousse a moult reprises, tout en manquant de se faire transpercer par le karcher qui tombe de plus haut.
Apres le Quintin Lodge, la Dumpling Hut n'est plus tres loin. Seulement 1h de marche (qui paraissent etre un eternite) sur du plutot plat.
On en revient pas que ce soit deja la derniere nuit. Un peu deg en fait. Car meme si en dortoir on ne peut pas dormir, et que les plats deshydrates il y en a marre on s'attache aux gens. Et on a l'impression de vivre dans une bulle, au ralenti. C'est juste un sentiment formidable. On se sent privilegies. Malgre les courbatures, malgre les ampoules...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire